Maisons à vendre recherchées

2021-01-15 - Depuis le début de la deuxième vague de la COVID-19, les maisons à vendre se font rares en Abitibi-Témiscamingue.

Bien que les prix sont à la hausse, notamment dans les villes comme Amos, Val-d'Or et Rouyn-Noranda, aussitôt que les propriétés sont mises sur le marché, les acheteurs se manifestent. C'est au point où certaines se vendent plus cher que le prix demandé, voire, jusqu'à 20 000 $ au-delà de celui-ci.

Il faut dire qu'en plus du fait qu'il y a peu de maisons qui sont disponibles présentement, on constate un intérêt grandissant de la part d'acheteurs de l'extérieur, qui cherchent à quitter les grandes villes vers les régions, à la recherche de plus d'espace.

D'après Jessica Descoteaux, courtière pour Proprio Direct, on voit de plus en plus de gens des grands centres comme Montréal et Québec, qui acquièrent un terrain ou une terre dans la région, quand ce n'est pas des appels qu'elle reçoit des États-Unis.

Selon Jean Limoges, courtier pour Royal, LePage, Limoges, la pandémie et le prix de l'or seraient aussi deux facteurs importants qui jouent sur la valeur des propriétés d'ici.