Arsenic : Québec exige un plan d'action à Glencore

Le gouvernement a fait parvenir une lettre, à cette effet, à la compagnie.

Le ministère de l'Environnement exige notamment que ce plan d'action, quant aux émissions des rejets toxiques de la Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda, soit déposé d'ici le 15 décembre prochain. Glencore a donc maintenant 60 jours pour fournir celui-ci, comme l'exige le ministère, en accord avec le département de santé publique de l'Abitibi-Témiscamingue. Mais, pour le Comité Arêt, il ne s'agit pas vraiment d'un ultimatum. C'est qu'on ignore si des conséquences s'appliqueront, au cas où la compagnie ne présenterait aucune proposition ou ne respecterait pas ses engagements.

Yvon Moreau a recueilli des commentaires à ce sujet.