Pénurie de pharmaciens d'hôpitaux

​L’Abitibi-Témiscamingue, comme le reste du Québec, n’échappe pas à cette pénurie.

C'est que plusieurs pharmaciens privilégient le privé, en raison du salaire plus élevé, ainsi que pour éviter des études supplémentaires exigées par les établissements de santé.

Toutefois, différentes solutions ont été élaborées afin de contrer cette problématique, qui perdure depuis plusieurs années.

Rémi St-Amand s'est entretenu avec l'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec, pour en discuter et afin d'avoir un portrait plus juste de la situation dans la région.