Partenariat entre l'UQAT et la Fonderie Horne

Un projet de recherche majeur unira l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda.

La remise à l'état naturel des parcs à résidus miniers sera au cœur de ce partenariat de cinq ans. 

Le parc à résidus miniers Quémont 2 de la Fonderie Horne viendra à la fin de sa vie en 2024. À ce moment, le site situé sur le chemin du Golf, au nord de Rouyn-Noranda, devra être restauré.

Les recherches des étudiants de l'UQAT viendront justement aider à trouver le meilleur scénario pour permettre sa réhabilitation.  

" On voulait avoir des idées innovantes, évidemment, de penser différemment. Aujourd'hui, il y en a des techniques de réhabilitation qui existent, elles sont bien connues depuis plusieurs années, plusieurs décennies, mais on voulait vraiment penser différemment pour pouvoir redonner à la collectivité le site de Quémont 2. " - Claude Bélanger, directeur général Fonderie Horne

" Certains des sites peuvent générer des eaux acides qui peuvent après ça être reléguées dans l'environnement. Ça fait que de là l'importance de bien étudier les sites, de comprendre leur lien à l'environnement, puis après ça, développer les modes de restauration et idéalement, comme on vise avec ce projet-là, d'en arriver à renaturaliser le site. " - Vincent Cloutier, professeur, Institut de recherche en mines et en environnement (IRME)

L'UQAT utilisera le savoir de deux de ses instituts, soit celui sur la recherche en mines et en environnement, ainsi que celui sur les forêts.

" On doit d'abord bien connaître le contexte hydro-géologique dans lequel se situe le site. Alors on parle, à ce moment-ci, de l’écoulement de l’eau souterraine, de la chimie de l’eau. Un deuxième volet s’intéresse spécifiquement à la restauration où là, on va avoir des essais en laboratoire, des essais sur le terrain pour développer le meilleur mode de restauration. " - Vincent Cloutier

La Fonderie Horne investit 500 000 $ sur cinq ans. Mais au-delà de l'argent, pour l'UQAT et sa fondation, ce projet est primordial pour les étudiants.

" C'est un magnifique exemple de ce que... du rôle que peut jouer la fondation de l'université. On voit dans ce projet-là, qui réunit la fondation, l'université, une entreprise privée, des chercheurs. Alors le rôle de catalyseur de la fondation. " - Louis-Charles Bélanger, vice-président au développement, Fondation de l'UQAT

" Il y a plusieurs étudiants au doctorat, à la maîtrise, plusieurs professeurs qui vont pouvoir faire avancer les connaissances en rapport avec la renaturalisation des sites de ce type-là. " - Manon Champagne, Vice-rectrice intérimaire à l'enseignement, à la recherche et à la création, UQAT

Même si le projet de recherche débute à l'automne prochain, on ne verra pas d'étudiants ici sur le site Quémont 2 avant l'été 2019.

Les travaux devraient durer cinq ans, mais selon la Fonderie Horne et l'UQAT, il est fort possible que le partenariat s'étire sur une plus longue période.